Prochains départs pour le bilan de compétences Litchi (collectif)

Ce qui mène les personnes au bilan de compétences

Cécile RAITIÈRE
Accueil » Actualités » Réflexions du moment »Ce qui mène les personnes au bilan de compétences
feuille verte
Partager :
photo Ce qui mène les personnes au bilan de compétences
vague

Pourquoi tant de personnes ont envie de changer de métier ? Ce qu'on entend souvent : je ne suis pas écouté.e, l'ambiance est dégradée...

La plupart du temps, ce n'est pas le manque de goût pour leur métier qui mène les personnes au bilan de compétences, c'est le contexte dans lequel il est exercé.

Ce qui donne envie de démarrer un bilan de compétences, c'est l'environnement humain :

  • les relations toxiques avec les collaborateurs,
  • la sensation de parler dans le vide auprès de la hiérarchie,
  • la sensation d'être vu.e comme un pion,
  • le turnover des collègues incessant et les nouveaux qu'il faut continuer à former sans fin,
  • le manque d'outils pour se faciliter la tâche dans certains métiers physiquement exigeants alors qu'ils sont réclamés
  • l'ennui après plusieurs années, le besoin de se renouveler (besoin exprimé mais pas entendu malgré de multiples propositions)

Face à moi, j'ai des personnes agréables, dynamiques, créatives. Quelle perte pour les entreprises lorsqu'elles décident de prendre un autre chemin... Et cette perte me paraît d'autant plus criante à notre époque où il y a peu de personnes sur le marché du travail, le recrutement est difficile faute de candidat.es dans de nombreux secteurs.

Et si on prenait le temps de prendre le temps ? C'est en prenant un peu de temps qu'on peut s'écouter, qu'on peut faire émerger ensemble des solutions nouvelles, créatives, adaptées. J'entendais récemment cette remarque "On ne trouve pas le temps de ralentir mais on trouve tout le temps de se planter et de recommencer". Je trouve que c'est plein de vérité :) Et vous ?

Il est de notre responsabilité individuelle d'écouter nos besoins et de les exprimer.
Il est de notre responsabilité à tous de s'écouter les uns les autres, de voir comment nous pouvons mieux avancer ensemble, sur quelles bases, quelles envies, quels besoins. C'est ainsi que chacun.e peut trouver le fameux sens, un contexte professionnel qui lui convient et le collectif ne s'en portera que mieux !

Vous pourriez être intéressé

photo Oser dire non sans culpabiliser ?

Oser dire non sans culpabiliser ?

Cécile RAITIÈRE - 29/04/2022
Oser dire non sans culpabiliser, ça permet beaucoup de choses.Quand j’ose dire non, je me respecte. Je pose mes limites.Je respire…Je baisse en pression… Et la culpabilité dans tout ça ? On va s’en occuper. J’ai ma place, pas elle.